Toulouse: Leur projet de bactérie tueuse de chancre leur vaut une médaille d'or

CANAL DU MIDI Onze étudiants de l'Insa et Paul-Sabatier ont reçu une médaille d'or lors d'une prestigieuse compétition organisée par l'université du MIT de Boston...

Béatrice Colin

— 

Toulouse, le 7 juillet 2014-Des étudiants veulent guérir les platanes
Toulouse, le 7 juillet 2014-Des étudiants veulent guérir les platanes — Hélène Ménal / 20 Minutes

Ils veulent sauver les platanes du Canal du Midi, et ça, ça vaut de l'or! L'équipe d'étudiants toulousains de l'Insa et de l'Université Paul-Sabatier, qui planche sur une alternative biologique innovante pour lutter contre l'invasion du chancre coloré sur les berges du Canal, vient de décrocher une médaille d'or lors de la prestigieuse compétition «International Genetically Engineered Machine» (iGEM), organisée par l'université du MIT de Boston.

En concurrence avec 250 autres projets, leur bactérie productrice de fongicides, eux-mêmes tueurs potentiels du chancre, se place dans le peloton des 20 meilleures équipes mondiales.

Possibles traitements d'ici 2017

Et le fait que ce projet ait une application concrète a séduit. D’autant plus que la sympathique équipe est arrivée aux Etats Unis avec des résultats.

Les premiers tests sur une plante modèle ont été réalisés en septembre. La bactérie a été injectée pour voir si elle réagissait lorsqu’un champignon venait contaminer la plante.

«Cette bactérie peut éviter l'apparition du champignon, mais aussi le tuer. Nous avons fait les tests sur un champignon modèle, pas encore sur le chancre car cela requiert un dispositif de sécurité particulier en laboratoire», explique Camille Jourdan, l'un des étudiants.

L'aventure est donc loin d'être terminée. L'un des chercheurs en herbe va la poursuivre dans le cadre d'une thèse réalisée au sein de l'Inra. Objectif: pouvoir réaliser les premiers traitements préventifs grandeur nature d'ici à 2017.

D'ici là, un autre vaccin, mis au point par la société audoise Cetev, devrait aussi avoir le feu vert du ministère de l'Agriculture pour tester l'innocuité de son procédé.

Le chancre progresse

Car il y a urgence. Près de 13.000 des 42.000 platanes du Canal sont aujourd'hui touchés par le champignon dévastateur, présent surtout dans l'Aude. Mais depuis peu, Voies navigables de France, le gestionnaire du site inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, a détecté des foyers à Montesquieu-Lauragais, Gardouch et Castanet.

Pour l'heure, la seule alternative est l'abattage. Or celui-ci est couteux et vivement critiqué, que ce soit par les maires de certaines communes concernés ou les bateliers.

SubtiTree, le projet de recherche des étudiants toulousains, est donc regardé de près et suscite des espoirs.