Toulouse: Mobilisation pour soigner le fils d'une des victimes de Merah

SOCIETE Eden n'était pas encore né quand son père, Abel Chennouf, a été assassiné par Merah. Le petit garçon souffre aujourd'hui d'une maladie oculaire qui coûte cher à soigner...  

H.M.

— 

La famille d'Eden lors d'un hommage à Abel Chennouf, un an après le drame.
La famille d'Eden lors d'un hommage à Abel Chennouf, un an après le drame. — F. Lancelot - Sipa

Il pleut toujours sur les gens mouillés. Le 15 mars 2012, quand Abel Chennouf a été tué par Merah à Montauban, son fils était encore dans le ventre de sa mère, Caroline. Aujourd'hui, le petit Eden a trente mois. Il vit à Nîmes et La Dépêche du Midi dévoile ce mercredi qu'il est atteint d'une maladie oculaire qui le handicape. Un nystagmus plus précisément,  une perturbation de la coordination des muscles de l'œil.

Traumatisme

Selon le quotidien régional, Caroline attribue cette maladie au traumatisme qu'elle a subi alors qu'elle était enceinte. Elle travaille comme secrétaire pour l'armée et a du mal à payer les nombreux spécialistes qu'elle consulte pour soigner Eden. L'enfant va de plus avoir probablement besoin d'une opération. C'est pourquoi, les proches de la famille - grands-parents, oncles et tantes - viennent de créer une association baptisée «Aidons Eden». «Pour vaincre cette maladie, nous sommes prêts à tout», dit Albert Chennouf, le grand-père du garçonnet, à La Dépêche.

Contact

L'Association Aidons Eden est joignable à chennouf.meyer@orange.fr ou au 317, chemin de la Treille, 30129 Manduel.