Toulouse: Un appel à la grève pour ce jeudi à l'université du Mirail

UNIVERSITE Un comité de mobilisation a voté la grève, avec des revendications très universitaires mais aussi en lien avec la mort de Rémi Fraisse...

Hélène Ménal

— 

Le temps des AG est revenu au Mirail. Archive
Le temps des AG est revenu au Mirail. Archive — Alexandre GELEBART/20MINUTES

Le «Comité de mobilisation du Mirail» a voté la grève pour ce jeudi 13 novembre, à l'université Jean-Jaurès de Toulouse. Selon son communiqué, le mouvement a été décidé le 6 novembre en assemblée générale. Les étudiants protestent contre le «désengagement de l'Etat» dans le financement des universités. Ils demandent des «moyens pour l'enseignement supérieur et pour la recherche, pas pour la police».  Et cela fait le lien avec une deuxième série de revendications, puisque l'AG du Mirail demande aussi, entre autres, «l'arrêt définitif du projet de barrage de Sivens», «la condamnation des responsables de la mort de Rémi Fraisse» et la démission du ministre de l'Intérieur. Une nouvelle AG est prévue ce jeudi, à 12 h 30, sur le campus.

Pas d'interdiction

A l'université Rennes 2, le président a fermé son établissement ce mercredi pour empêcher la tenue d'une AG du même type. Il justifie sa décision par le fait que le mouvement est organisé par des éléments extérieurs à l'université. Le président de l'université toulousaine, Jean-Michel Minovez n'est pas du tout sur cette ligne. «L'université ne fermera pas jeudi, dit-il. Il y a en permanence des assemblées et des réunions d'étudiants, cela fait partie de la vie démocratique d'une université.»