Toulouse: Jacques Viguier fait le procès de la justice

SOCIETE Le professeur de droit, acquitté à deux reprises du meurtre de sa femme Suzy, prône la réforme du système judiciaire...

B.C.

— 

Jacques Viguier, lors de son procès en appel devant les Assises du Tarn, à Albi.
Jacques Viguier, lors de son procès en appel devant les Assises du Tarn, à Albi. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le justiciable se fait juge. Jacques Viguier sort en librairie ce jeudi La République doit-elle vraiment «guillotiner» ses juges? Le professeur de droit public, définitivement acquitté du meurtre de sa femme Suzy par les Assises du Tarn en mars 2010, revient sur l’indépendance des juges.

Dans ce livre qui sort aux éditions Privat, l'auteur, enseignant à l'Université Toulouse 1-Capitole, préconise une réforme en profondeur de la justice française. Toute la difficulté de cette «réforme tient à ce que la justice doit être à la fois forte pour préserver les droits de chacun, et pas trop puissante pour ne pas porter atteinte aux libertés».

«Pas un acte de vengeance»

La question de la responsabilité des magistrats, de leur formation et de leur contrôle est abordée dans cet ouvrage qui «s’adresse à ceux qui veulent connaître la réalité de la justice. Cette approche se veut critique et constructive; il s’agit de mieux comprendre les juges, de mieux les former, de mieux les aider dans leur travail, mais aussi de mieux les contrôler», explique l'éditeur.

Et le justiciable Jacques Viguier l'assure: ce n'est pas «un acte de vengeance contre une justice qui m’a quelque peu mal traité […]» Il perçoit ce livre plus comme une vraie réflexion sur les rouages de la justice, une contribution citoyenne au débat.