Toulouse: Condamnations des violences en marge de la manifestation à la mémoire de Rémi Fraisse

BARRAGE DE SIVENS Seize interpellations ont eu lieu samedi en marge de la manifestation toulousaine qui a dégénéré...

B.C.

— 

Samedi soir, affrontements entre des manifestants et les forces de l'ordre, près du Capitole
Samedi soir, affrontements entre des manifestants et les forces de l'ordre, près du Capitole — AFP

Les affrontements en marge de la manifestation à la mémoire de Rémi Fraisse, qui avait réuni 500 personnes dans le calme au Capitole, ont fait deux blessés légers chez les policiers et un parmi les manifestants. Seize personnes au total ont été interpellées après les heurts dans le centre-ville où des tags sont encore visibles ce dimanche matin.

Poubelles incendiées, vitrines de deux banques et d'un magasin brisés, c'est le bilan dressé en fin de soirée par le préfet de Haute-Garonne, Pascal Mailhos. La police a procédé à 16 interpellations.

Condamnations multiples

Ces dégradations ont été condamnées par toute la classe politique, à gauche comme à droite. Mais pas seulement. Le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, à l'origine de la mobilisation contre le barrage de Sivens, a condamné «avec la plus grande fermeté les violences» qui ont eu lieu en marge de manifestations à Toulouse et Nantes. 

«La colère légitime contre les méthodes inacceptables des forces de l’ordre ne peut justifier la violence et les dégradations des biens. Pour calmer cette colère, il est de la responsabilité du gouvernement, qui donne les ordres aux forces de l’ordre, de décider de l’interdiction de toutes les armes susceptibles de blesser ou de tuer lors des mobilisations citoyennes», argue le collectif qui demande au gouvernement d'annoncer «clairement l’abandon immédiat du projet de barrage de Sivens dans sa version initiale et l’ouverture d’un processus multi-acteurs sur les alternatives».

Marche silencieuse à Sivens ce dimanche

Ce dimanche, une semaine après la mort de Rémi Fraisse sur le site, tué par une grenade offensive tirée par les gendarmes lors d'affrontements, une marche silencieuse est organisée à 14h sur le site de Sivens jusqu'au lieu du drame. Un sit-in pacifique y aura lieu suivi de plantation d'arbres à la mémoire du jeune botaniste de 21 ans.