Toulouse: Dominik Furman relégué dans les oubliettes du TFC

FOOTBALL Le jeune milieu polonais, recruté pour 2,7 millions d'euros en janvier 2014, évolue avec la réserve toulousaine, en CFA 2 (cinquième division)...

Nicolas Stival

— 

Le milieu polonais du TFC Dominik Furman contre Bastia, en Ligue 1, le 11 février 2014 au Stadium de Toulouse.
Le milieu polonais du TFC Dominik Furman contre Bastia, en Ligue 1, le 11 février 2014 au Stadium de Toulouse. — F. Lancelot / Sipa

Cinq matchs de Ligue 1, dont zéro cette saison. Voici, à ce jour, le bilan toulousain de Dominik Furman. Arrivé en janvier 2014 du Legia Varsovie, le jeune milieu polonais (22 ans), précédé d'une réputation très flatteuse, proclamait alors «venir au TFC pour être titulaire».

Pas illogique, lorsqu’un club débourse 2,7 millions d’euros pour vous faire signer un contrat de quatre ans et demi. Neuf mois plus tard, Furman évolue avec la réserve, en CFA2 (cinquième division). «Il n’est pas encore au niveau auquel on l’attendait, avoue Alain Casanova, l'entraîneur toulousain. Il doit s’améliorer dans l’intensité, l’engagement et l’agressivité.»

Un schéma tactique mal assimilé

Considéré comme un futur grand en Pologne, l’international Espoirs peine à assimiler le schéma tactique en 3-5-2 du TFC. Lors de son recrutement, Casanova considérait qu’il pouvait occuper les trois postes dans l'axe de l'entrejeu. «De par sa technique et sa vision du jeu, Dominik semble plus apte à évoluer devant les trois défenseurs que comme milieu relayeur», juge-t-il à présent.

Problème: le rôle de sentinelle est la propriété du capitaine Abel Aguilar. Et Furman n’est que la troisième ou la quatrième option, derrière le jeune stagiaire professionnel Yann Bodiger (19 ans), voire Etienne Didot. Le Polonais ne figurait même pas sur la feuille de match mardi contre Bordeaux (1-3), en Coupe de la Ligue, une compétition pourtant propice à la rotation d’un effectif.

Vers un exil anglais ou espagnol?

Autant dire que même si Casanova lui trouve toujours «beaucoup, beaucoup de qualités», Furman se prépare à changer d’air au mercato de janvier. Un départ avait d’ailleurs déjà été évoqué cet été.

De source polonaise, Burnley (lanterne rouge de la Premier League anglaise) et Osasuna (quinzième de L2 espagnole) seraient intéressés, a priori par un prêt. Le club de Pampelune est entraîné par le Polonais Jan Urban, qui a dirigé son jeune compatriote au Legia Varsovie.