Toulouse: Eliminé de la Coupe d’Europe, le Fenix «n’était pas si loin» pour Jérôme Fernandez

HANDBALL Malgré un succès ce dimanche (26-23), Toulouse est sorti de la Coupe EHF par les Allemands de Melsungen…

Propos recueillis par Nicolas Stival
— 
Jerôme Fernandez (numéro 11) et le Fenix handball contre Dunkerque, le 24 septembre 2014.
Jerôme Fernandez (numéro 11) et le Fenix handball contre Dunkerque, le 24 septembre 2014. — LANCELOT FREDERIC/SIPA

Le miracle n’a pas eu lieu. «Ce n’est pas facile de gagner une partie quand tu démarres à 0-7», remarque Toni Garcia, l’entraîneur du Fenix. Battus 34-27 au match aller en Allemagne, ses hommes ont remporté le retour contre la rugueuse équipe de Melsungen, dimanche au Palais des sports (26-23). Insuffisant pour éviter une élimination d’entrée en Coupe EHF, la deuxième compétition européenne, une scène que Toulouse n’avait plus fréquentée depuis onze ans. Pourtant l’inusable Jérôme Fernandez (9 buts sur 12 tirs) y a cru.

Quelle impression vous laisse cette élimination?

Nous n’étions pas si loin de cette équipe. Nous avons manqué d’expérience à l’aller, en négociant mal les fins de mi-temps. Rattraper sept buts, c’était compliqué. Mais ce soir, nous faisons notre match. Nous avons les opportunités pour creuser l’écart, mais on rate des contre-attaques et des duels. Cyril Dumoulin (19 arrêts) a fait un très bon match. La défense a bien fonctionné. Mais on a trop peu marqué. Il aurait fallu mettre 30 buts.

Quel est l’état d’esprit dans le vestiaire?

Les mecs sont un peu déçus de ne pas avoir su faire l’exploit. Car on a eu les ballons. Si on était tombés sur meilleurs que nous… Nous avons fait le match pour gagner et nous qualifier mais nous échouons sur les derniers gestes.

Avez-vous cru à la qualification?

Oui, à +4 en première période, j’y ai cru (6-2 à la 16e et 7-3 à la 18e). Mais Appelgren, leur gardien, a su les relancer. Si on concrétise nos trois ou quatre occasions, si on arrive à 14-10 à la pause (au lieu de 11-10), le public peut pousser. Ils n’étaient pas si sereins. Et cela aurait pu finir sur un 30-20. Melsungen n’a pas essayé de marquer beaucoup de buts, mais de contrôler le rythme de la partie.

Tps mort pris par Melsungenm 16-15 pour Toulouse!! Les coups fusent entre les 2 equipes.
— FENIX Toulouse Hand (@FENIX_HB) October 19, 2014



La rencontre a été très rugueuse…

Il y a aussi des spécimens en face! Des antécédents existaient entre Vladimir Osmajic (défenseur du Fenix) et les frères Müller, qui datent des matchs de sélection entre le Monténégro et l’Allemagne. Nous avons un peu pété les plombs, avec des exclusions pour des bêtises (dont le carton rouge reçu par le pivot slovène de Toulouse, Miha Zvizej).

Cet échec donne-t-il envie de retrouver l’Europe?

Oui, les garçons n’ont qu’une envie, c’est d’y revenir et de montrer qu’on a appris de cette non-qualification. Maintenant, la saison est encore longue. Un match important nous attend dès mercredi contre Tremblay, en championnat. Il faut voir le bon côté des choses. Nous sommes toujours invaincus à la maison et nous alignons des prestations solides. Malgré les blessures (Calvel et Bonilauri), je trouve que nous sommes meilleurs qu’en début de saison.