Braqueur abattu à Toulouse: La légitime défense «privilégiée» selon le procureur

FAITS DIVERS Un braqueur de 20 ans a été abattu devant une supérette par un policier, qui a été placé en garde-à-vue...

B.C. avec AFP

— 

Rue de Varsovie, à Toulouse, vendredi 17 octobre, après le braquage de la supérette Carrefour City au cours duquel le braqueur a été tué par un policier.
Rue de Varsovie, à Toulouse, vendredi 17 octobre, après le braquage de la supérette Carrefour City au cours duquel le braqueur a été tué par un policier. — B. Colin / 20 Minutes

Un braqueur a été abattu par un policier ce vendredi matin vers 6h30 en centre-ville de Toulouse. Il a tenté de pénétrer par la porte de service dans le magasin carrefour City de la rue de Varsovie, situé non loin de l'hôpital Joseph-Ducuing, pour dérober la caisse. Il était cagoulé et ganté et aurait menacé et frappé un des cinq employés présents, tandis qu'un autre a pu appeler des secours.

Le policier auteur du tir mortel placé en garde-à-vue

La brigade anticriminelle (BAC) est rapidement arrivée sur les lieux. Un des quatre policiers présents s'est alors retrouvé face au braqueur qui l'aurait mis en joue. Le fonctionnaire a alors fait usage de son arme et a atteint l'homme de 20 ans au thorax. Il est décédé sur place des suites de ses blessures.

«L'arme du braqueur ressemblerait à s'y méprendre à un pistolet Beretta, c'est peut-être un pistolet d'alarme. Notre collègue était en état de légitime défense, il a été placé en garde à vue, c'est la procédure légale», a expliqué le secrétaire Zonal Toulouse du syndicat Alliance Police Nationale, Luc Escoda. Selon les premières constatations du SRPJ, en charge de l'enquête, l'arme du braqueur était un pistolet à grenaille de type double eagle.

Deux enquêtes

Une détonation aurait eu lieu, avant la riposte du policier. Le double eagle comportait deux munitions, dont une dans le chargeur et une autre engagée dans la chambre, dont la douille n'aurait pas été éjectée a indiqué le procureur lors d'une conférence de presse.

Ce dernier a également indiqué qu'«en l'état actuel, les données nous permettent de dire qu'il y avait une situation de légitime défense, mais nous nous donnons le temps de l'analyse». Le procureur de la République de Toulouse a par ailleurs indiqué avoir ouvert deux enquêtes. Une pour tentative de vol avec arme, qui vise la victime et une autre pour homicide volontaire, qui vise le policier auteur du coup de feu.

La victime était connue des services de police pour une condamnation pour délit routier, mais également pour plusieurs condamnations pour violence et stupéfiants. L'IGPN de Bordeaux a également été saisie de l'affaire.

Deuxième braquage en 24h

Ce braquage fait suite à un autre survenu jeudi matin dans un supermarché de Tournefeuille dans des conditions similaires. Les malfaiteurs sont repartis avec un butin dont le montant n'est pas connu.

«Après les autres braquages de Carrefour City de l'agglomération, nous savions qu'il y avait un risque», explique un employé de la supérette encore sous le choc. «A Toulouse il y a une nette augmentation de la violence avec des délinquants qui n'hésitent pas à avoir des armes de poing. Et d'un autre côté, l'Etat baisse les budgets, les effectifs et les moyens. Sans compter que nous sommes submergés par la paperasse», déplore Cédric Delage, secrétaire régional de l'Unsa police.