Toulouse: Benjamin-Constant, de l’ombre à la lumière

CULTURE Le musée des Augustins rend hommage jusqu'au 4 janvier 2015 au peintre orientaliste…

B.C.

— 

Le musée des Augustins accueille une rétrospective consacrée au peintre Benjamin-Constant.
Le musée des Augustins accueille une rétrospective consacrée au peintre Benjamin-Constant. — B. Colin / 20 Minutes

Ses premiers coups de pinceaux, il les a donnés à Toulouse où il s’est formé. Il était donc légitime que la Ville rose rende hommage à Benjamin-Constant (1845-1902) dans le cadre d’une rétrospective, jusqu'au 4 janvier. Longtemps ce peintre vécut dans l’ombre de Delacroix, mais jouissait tout de même d’une bonne réputation de son temps. Plus de 100 ans après, cette exposition du musée des Augustins remet en lumière le travail de ce peintre majeur de l’orientalisme.

Partenariat avec Montréal

Nourri de ses voyages à Tanger, on découvre au fil des 70 tableaux le coloriste qu’il a pu être, mais aussi les grands décors qu’il a pu faire par la suite pour les mairies de la Troisième République et notamment le Capitole. «Cette exposition a été l’occasion de restaurer certaines de ses œuvres, parfois des grands formats pas vus depuis l’époque même de Benjamin-Constant», se félicite Axel Hémery, le conservateur des Augustins.

Des tableaux qui viennent de Lille, mais aussi Montréal et New York, où l’artiste avait su susciter l’intérêt. Certains sont une réelle plongée dans la volupté des harems, où le temps ne semble pas avoir de prise. Une grande partie de ces œuvres partira ensuite au musée des beaux-arts de Montréal, coproducteur de cette exposition.