LGV Bordeaux-Toulouse: Que va nous apprendre l'enquête publique

TRANSPORTS Les enquêtes publiques concernant le projet de ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse démarrent le 14 octobre pour huit semaines…

Beatrice Colin

— 

Le tracé du GPSO, projet de lignes ferroviaires à grande vitesse du Sud-Ouest
Le tracé du GPSO, projet de lignes ferroviaires à grande vitesse du Sud-Ouest — Préfecture d'Aquitaine

Réseau Ferré de France a présenté ce jeudi les enjeux de l'enquête publique concernant la création des lignes ferroviaires à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. 20 Minutes vous explique ici les aspects pratiques du dossier et détaille ci-dessous  les enjeux pour le nord de Toulouse, dont le réseau ferroviaire va faire l'objet de gros aménagements à l'occasion de ce vaste chantier qui doit aboutir en 2024.

Quels sont les principaux aménagements prévus? Le résultat de l’enquête publique est attendu d'ici à la fin de l'année 2015. Mais le projet présenté dans le cadre de l'enquête publique donne la feuille de route du chantier. Les 19 km de ligne entre Castelnau d’Estretefonds et Matabiau, aujourd’hui à deux et trois voies, seront mis à quatre voies. Le réaménagement de ce tronçon se traduira par la création d'un terminus partiel à Castelnau et la réorganisation des sept arrêts, que ce soit à Saint-Jory ou Matabiau. «La gare de Lacourtensourt (NDLR: située en face de Liebherr avenue des Etats-Unis) sera déplacée de 500 mètres plus au sud. La halte de la route de Launaguet sera aussi déplacée de 150 mètres et se trouvera plus près de la station de métro La Vache, ce qui va créer une véritable intermodalité», insiste Jean-Michel Aubeleau, responsable Grands Projets à la direction régionale RFF.

 

 

Quelles seront les conséquences pour le trafic? Le réaménagement va permettre de faire passer la ligne à grande vitesse mais aussi de doper la fréquentation des TER sur l'axe Toulouse-Montauban. Aujourd'hui 116 trains passent par jour sur ce tronçon, dont 1/3 de TER. «Cette ligne est quasi saturée aux heures de pointe, ce chantier va nous permettre d'augmenter la capacité et de passer de 35 TER à 90 après, de 6.000 voyageurs à plus de 15.000», souligne Pierre Boutier, le directeur régional de RFF.

Quels sont les points noirs du dossier? Sur 17 des 19 km, les voies longent le Canal latéral. L'implantation de nouvelles voies va nécessiter de reprendre la berge sur plus de 2,7 km, tout en conservant les espèces qui nichent dans ce corridor écologique, notamment des rossignols des rivières. Des protections acoustiques vont aussi être nécessaires sur 305 bâtiments déjà recensés. Et la création d'espèces de caissons de protection au-dessus des voies sera aussi nécessaire lors du passage à côté de deux sites Seveso. Et pour pouvoir faire passer ces nouvelles voies, 23 expropriations seront nécessaires, dont 11 pour des logements individuels?.

Comment donner son avis? Pendant toute la durée de l'enquête, du 14 octobre au 8 décembre, le public peut prendre connaissance du dossier en se rendant à la préfecture et dans les sept mairies concernées, consigner des observations dans les registres ou sur le site dédié. Les commissaires enquêteurs tiennent des permanences et une  réunion d'information aura lieu le 6 novembre à la salle des fêtes de Fenouillet.