Casse-tête autour de deux fossiles

PREHISTOIRE De quel australopithèque vivant en Afrique il y a deux millions d'années, descend l'homme moderne ? José Braga va tenter d'apporter une réponse

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

De quel australopithèque vivant en Afrique il y a deux millions d'années, descend l'homme moderne ? C'est la réponse que va tenter d'apporter d'ici à quelques mois José Braga, professeur d'anthropobiologie à l'université Paul-Sabatier, qui a étudié la mâchoire d'un australopithèque adolescent et la mandibule d'un jeune enfant. Trouvés en Afrique du Sud il y a cinquante ans, les deux ossements qui ont trois cent mille ans de différence, ont quitté pour la première fois leur pays il y a deux semaines pour être expertisées à Toulouse. « Chaque spécimen, l'australopithèque gracile et l'australopithèque robuste, représente un candidat potentiel au titre d'ancêtre de l'homme moderne », explique José Braga.

Avec l’aide de la clinique de l’espace toulousaine, le Medes, et son scanner périphérique XTremetCT habitué à mesurer l’ostéoporose, l’universitaire a pu trouver la densité et l’architecture exacte des deux fossiles. « Grâce à l’imagerie en 3D, on va pouvoir mener des études sur les dents afin de comprendre si l’évolution de nos ancêtres relève du patrimoine génétique ou si elle est conditionnée par son environnement et leur mode de vie. » Pour Roger Binot, chercheur à l’agence spatiale européenne (ESA) qui se félicite de la coopération entre le spatial et l’anthropobiologie, l’enjeu est de taille. « Si on comprend cela, on pourra se projeter dans l’avenir et mesurer l’évolution des générations futures. »

Philippe Font