Toulouse: Les salariés d'Airbus incités à laisser leur voiture au garage

TRANSPORT Les trois quarts des 20.400 salariés d'Airbus vont au travail en voiture. La direction les sensibilise aux modes alternatifs...  

Helene Menal

— 

Toulouse, le 16 septembre 2014 - Entrée du site Airbus de Saint-Martin-du-Touch
Toulouse, le 16 septembre 2014 - Entrée du site Airbus de Saint-Martin-du-Touch — Helene Menal / 20 Minutes

Jean-Pierre est technicien sur les chaînes d’assemblage d’Airbus à Saint-Martin-du-Touch depuis trente-cinq ans. Il habite à Aucamville. Matin et soir, il fait un kilomètre à pied pour attraper une des vingt tournées de bus de l’avionneur. Et, sur le site, il se déplace en navette maison. «La voiture, je m’en sers pour les vacances, indique-t-il. Pourquoi dépenser de l’essence quand on peut se déplacer gratuitement ?».

Mais tous les salariés n’ont pas pris le pli. 75% des 24.000 airbusiens viennent encore au travail en voiture, souvent seuls. En cette semaine de la Mobilité, ces «autosolistes» font l’objet de toutes les attentions de la direction. Mardi, ils pouvaient s’attarder pendant la pause sur de nombreux stands vantant les solutions alternatives.

Auto-stop sécurisé

Odile, qui habite à Lardenne, s’est par exemple renseignée pour savoir si elle pouvait embarquer son vélo dans les bus ou le TER. «L’arrêt Airbus est à dix minutes à pied de chez moi, alors je continue pour l’instant à prendre ma voiture», confie-t-elle. Quant à Philippe, il s’est attardé au stand de l’association Rezo Pouce qui déploie des «spots» d’auto-stop sécurisés dans la campagne et en périphérie. «Je me suis inscrit surtout pour prendre des gens. J’ai fait beaucoup de stop dans ma jeunesse et le temps est venu de rendre la pareille.» Une petite centaine d'airbusiens est déjà prête à lever le pouce.

Des bus maison qui se remplissent

Michel Dewerdt, le directeur du site, est devenu cycliste occasionnel pour donner l'exemple. «Nous essayons d’améliorer sans cesse notre plan de déplacements d’entreprise. D’ailleurs, au 1er janvier une nouvelle navette interne cadencée entrera en service», annonce-t-il. Cela s’ajoutera aux 12 navettes intersites qui existent déjà ou aux 50 vélib internes. Les pistes sont nombreuses et selon Jean-Pierre, l’adepte des bus Airbus, les habitudes changent progressivement. «Il y a quelques années encore, on se comptait facilement sur ma ligne. Mais, maintenant, le bus est rempli», constate-t-il.

Carte piéton

Aller à pied d’Esquirol à Matabiau prend 17 minutes. C’est en tout cas ce qu’indique la «carte piéton», arme dissuasive lancée par Toulouse Métropole à l’occasion de la Semaine de la Mobilité. Disponible à l’Office de tourisme, elle indique les temps de parcours en centre-ville. «En fait, on s’aperçoit que bien souvent le mode de déplacement le plus rapide, c’est la marche», relève Jean-Michel Lattes (UDI), le 1er adjoint en charge des Déplacements.