Une sérieuse alerte à la bombe

SECURITE Un engin incendiaire a été découvert hier matin dans deux sacs de sport devant les services fiscaux

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Acte terroriste contre un bâtiment de l'Etat ou vengeance d'un contribuable irascible, la justice ne privilégie aucune hypothèse après la découverte hier matin d'un engin incendiaire à la Cité administrative. Pas même la piste du mystérieux groupe « AZF » qui a refait parler de lui mardi dans la Creuse. Le dispositif a été découvert vers 7 h 35 lors de la ronde d'un agent de surveillance. Il était placé en haut du perron du bâtiment D, celui qui abrite les services fiscaux. Le bâtiment a été immédiatement fermé et isolé par un périmètre de sécurité. L'équipe de démineurs appelée sur place a découvert deux sacs de sport reliés par des fils électriques. « Ils contenaient des bouteilles remplies d'un liquide apparemment inflammable », a précisé hier après-midi le procureur de la République, Paul Michel. Les différentes preuves ont été confiées aux laboratoires de la police scientifique et mises à la disposition des services de l'identité judiciaire pour tenter d'y relever une empreinte pouvant mener au(x) poseur(s) de bombe. Selon la préfecture, l'acte n'a été précédé d'aucune menace, ni suivi - pour l'instant - d'aucune revendication. Seule certitude, « ça ne ressemble pas à une plaisanterie ». Le système de mise à feu électrique utilisé n'a rien à voir avec de l'amateurisme et, d'après le procureur, le dispositif « présentait toutes les caractéristiques d'un engin susceptible de fonctionner ». Il a en tout cas été déposé par quelqu'un de bien renseigné : contrairement à l'entrée principale de la cité administrative, celle donnant sur le boulevard Armand-Duportal n'a pas de dispositif de vidéosurveillance.

H. M.