Toulouse: la rentrée est reportée d'une semaine pour 1.100 étudiants en biologie

SOCIETE Le sureffectif en Licence Science et Nature a conduit l'université Paul-Sabatier à retarder le début des cours...

Helene Menal

— 

Amphi de l'Université Toulouse 3-Paul Sabatier. Archives.
Amphi de l'Université Toulouse 3-Paul Sabatier. Archives. — Alexandre Gelebart / 20 Minutes

Les vacances sont prolongées d'une semaine pour les quelque 1.100 étudiants inscrits en Licence Science et Nature à l'Université Paul-Sabatier. «L'augmentation du nombre d'étudiants inscrits nous posait des problèmes d'organisation. Les cours commenceront le lundi 22 au lieu du lundi 15», confirme son président, Bertrand Monthubert. Le différentiel entre les effectifs attendus et les effectifs réels est d'une centaine d'étudiants environ.

Orientation vers d'autres filières

La semaine de report va être mise à profit pour «essayer d'orienter des étudiants dans d'autres filières qui correspondent à leur premier vœu». Un travail mené en «concertation étroite avec le rectorat» et donc les autres établissements. «Le problème, c'est que les cours ont déjà commencé dans les autres filières», souligne Sarah*; une étudiante plutôt soulagée d'avoir enfin une date de rentrée. «Jeudi dernier, les informations changeaient d'heure en heure, on nous disait juste que la rentrée n'aurait pas lieu. On s'est senti complètement perdus», raconte-t-elle. Elle n'est pas concernée par une réorientation éventuelle : la biologie est son «premier et seul vœu». Elle a déjà tenté une première année de licence en biologie l'année dernière qui ne lui a pas laissé que des bons souvenirs : «Il nous est arrivé de nous entasser à 40 dans des salles de TP qui pouvait  contenir à peine 18 personnes», confie-t-elle. «De nouveaux moyens en termes de locaux et de personnes ont été mis en place, assure Bertrand Monthubert, c'est justement pour accueillir les étudiants dans les meilleures conditions de réussite que nous reportons la rentrée d'une semaine».

Rassemblement ce lundi

L'Unef Toulouse a la dent dure à la fois sur ce délai, assimilé à une «prise d'otage»,  et sur l'option réorientation. Le syndicat étudiant estime qu'il est «de la responsabilité de l'université d'assurer sa mission de service public et d'accueillir dans de bonnes conditions l'ensemble des bacheliers dans la filière de leur choix». Il appelle à un rassemblement ce lundi à 14 h devant le bâtiment administratif de l'université

D'autres sont plus philosophes et se réjouissent sur les réseaux sociaux de ce bonus de vacances. «Ce n'est pas mon cas, dit Sarah. On est là pour travailler, pas pour glander!»

* Le prénom a été changé