Handball: Pourquoi le Fenix va réussir sa saison

SPORTS Le club toulousain commence le championnat mercredi contre Chambéry. Avec tous les atouts pour rééditer son excellent exercice 2013-2014…

Nicolas Stival

— 

L'international Valentin Porte, l'un des atouts majeurs du Fenix Toulouse.
L'international Valentin Porte, l'un des atouts majeurs du Fenix Toulouse. — F. Scheiber/20 Minutes

Attention, ça repart. Ce mercredi (20h30), le Fenix accueille Chambéry devant les caméras de beIN Sports, nouveau diffuseur de la D1 de handball. Cinquième la saison dernière, qualifiée pour l’Europe, la formation toulousaine espère faire aussi bien en 2014-15. Elle en a les moyens.

Une équipe décomplexée

«Les résultats ont donné faim aux joueurs», souligne l’emblématique et inusable Jérôme Fernandez (37 ans). Après des années de galères sportive et financière, le club du président Philippe Dallard a retrouvé la santé. Il sort de sa meilleure saison depuis 2003. Et les résultats d’une préparation conclue par un succès lors du prestigieux challenge Marrane, sont prometteurs.

Un effectif quasiment inchangé

L’équipe première a changé de tête, puisque l’entraîneur espagnol Toni Garcia a remplacé Joël Da Silva, parti à Saint-Raphaël. En revanche, l’effectif bénéficie d’une remarquable stabilité, à une exception près. L’excellent gardien espagnol Gonzalo Perez de Vargas a retrouvé le FC Barcelone. Mais il a été suppléé par l’international français Cyril Dumoulin, arrivé de Chambéry, qui fera la paire dans les buts avec un autre Bleu, Wesley Pardin. Révélation de l’Euro danois en janvier, Valentin Porte semble sur le chemin de la grande forme après quelques mois difficiles.

Des jeunes qui poussent

Leurs noms sont encore inconnus du grand public. Peut-être plus pour longtemps. Aymeric Minne et Tom Nozeran ont remporté cet été le championnat d’Europe des moins de 18 ans avec l’équipe de France. Un peu plus âgés, Maxime Gilbert, Jordan Bonilauri ou Cyril Morency essaieront de titiller les titulaires d’un sept majeur très solide, qui supporte la comparaison avec Nantes ou le champion Dunkerque, voire avec Montpellier. Seul l’ogre parisien, vainqueur convaincant du Trophée des champions dimanche, semble au-dessus.

Un Palais des sports incandescent

Ce mercredi contre Chambéry, le Palais des sports (4.000 places) ne devrait pas être loin d’afficher complet. Comme souvent. «Quand je suis revenu au club il y a plus de trois ans, le club était relégable, se rappelle Jérôme Fernandez. Je me souviens d’une défaite face au dernier, devant 800 personnes qui ne faisaient pas beaucoup de bruit. Alors aujourd’hui, quand je vois cette salle comble…» Les supporters, souvent fervents, aident leurs favoris à se sublimer dans les moments délicats. Et ils peuvent aussi mettre la pression sur les arbitres à des moments clé…