Toulouse: La Prison Saint-Michel à la croisée des chemins

PATRIMOINE Les travaux pour transformer le Castelet en Espace de mémoire débuteront en 2015. Pour acquérir le reste de l’ex-prison, le maire a fait une proposition originale à la ministre de la Culture...

Helene Menal

— 

La prison Saint Michel. 24/05/2011 Toulouse
La prison Saint Michel. 24/05/2011 Toulouse — Frédéric Scheiber/20MINUTES

Il y a soixante-dix ans jour pour jour, les occupants allemands étaient chassés de Toulouse et libéraient les derniers prisonniers politiques détenus à la prison Saint-Michel, dont André Malraux. La «cour des fusillés», comme l’appellent encore les résistants, redevenait la cour d’honneur d’une prison ordinaire. Sept décennies plus tard, le Castelet tout entier est désormais la propriété de la Mairie de Toulouse et les associations d’anciens combattants comptent y revenir par la grande porte. Pour y installer leur «QG» en quelque sorte et faire vivre «l’Espace de mémoire» promis aussi bien par l’ancienne que par la nouvelle municipalité.

«Nous aimerions nous retrouver ensemble dans un même lieu», explique Marcel Granier, le président du Conseil départemental de la Résistance. Il attend «avec impatience la réunion du comité de pilotage du projet programmé début septembre par la mairie». Jean-Baptiste de Scorraille, le conseiller municipal délégué à la Mémoire et au Monde combattant confirme ce rendez-vous. «Le castelet nécessite d’importants travaux de mise hors d’eau et de rénovation. Le chantier de la toiture est prioritaire et démarrera début 2015», précise l’élu. Il tient pour acquis qu’une salle sera réservée aux réunions des associations combattantes mais «le dialogue se poursuit» et tout n’est pas encore arrêté sur le fonctionnement final.

En avant la musique?

Un deuxième combat se livre à l’extérieur des murs crénelés du castelet. Celui de l’acquisition par la Ville des autres bâtiments de l’ex-prison. L’Etat est prêt à vendre mais il a fixé le prix de l’ensemble à 11,3 millions d’euros et le dossier est en stand-by depuis plusieurs années. Lors de sa campagne, Jean-Luc Moudenc (UMP), le maire de Toulouse, a promis de boucler ce dossier. Il veut détruire les murs d’enceinte pour créer un jardin public et consacrer le fameux en étoile à la musique. Son projet phare est aussi de construire sur les terrains de la prison un auditorium semi-enterré pour l’Orchestre national du Capitole.

Pour débloquer la situation, l’édile a rencontré Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, au mois de juillet. En lui faisant la proposition suivante: L’Etat cède la prison à titre gratuit à la mairie et cette dernière s’engage en contrepartie à ne demander aucune subvention à son ministère au titre de l’Etoile de Musique Saint-Michel. «Elle a trouvé la solution plutôt originale car, en général, pour des projets d’une telle envergure l’Etat est naturellement sollicité», confie Jean-Luc Moudenc. Les deux interlocuteurs ont convenu de rapprocher leurs équipes dès le mois de septembre pour étudier plus avant le dossier.