Blel Kadri, cœur de lion

Nicolas Stival

— 

Le coureur d'AG2R La Mondiale (à gauche) a passé 164 km en tête.
Le coureur d'AG2R La Mondiale (à gauche) a passé 164 km en tête. — E. Feferberg/AFP

Une échappée matinale avec six autres coureurs, avant de se retrouver seul. 164 km en tête d'une étape anglaise longue de 201 km. Blel Kadri a crevé l'écran, dimanche, entre York et Sheffield. Mais au final, c'est l'Italien Vicenzo Nibali qui a remporté la deuxième étape du Tour de France, et endossé le maillot jaune. «Dans le groupe, tout le monde était motivé pour aller chercher les points de la montagne, explique le Toulousain de l'équipe AG2R - La Mondiale, qui aurait aimé récupérer le maillot à pois du meilleur grimpeur, un an après l'avoir déjà porté. Moi je les ai laissés se battre, en me disant qu'il y avait encore une autre possibilité en prenant des points dans les côtes de la dernière partie de l'étape. C'était faisable, et j'ai bien failli y arriver, mais finalement je rate le maillot pour un point. Ce n'est pas très grave, j'ai fait les efforts qu'il fallait et je suis récompensé par le prix de la combativité.»

Son rêve : «gagner une étape»


Equipier exemplaire, Kadri (27 ans) a retrouvé la forme au bon moment, après un début de saison «normal, sans coup d'éclat». «Je suis tombé à l'entraînement en mars, rappelait-il avant d'attaquer sa quatrième Grande boucle. Je me suis cassé une côte. Je suis revenu un mois après, et après un bon mois de juin, j'espère bénéficier de cette fraîcheur.» Le coup est passé tout près ce dimanche, pour celui qui confie le même rêve année après année : «gagner une étape du Tour». Sur le plan collectif, AG2R - La Mondiale «veut placer un coureur dans le Top 10 final», lâche Kadri. «Jean-Christophe Péraud est notre leader, et Romain Bardet notre coleader.» L'équipe française aimerait voir terminer le «vieux» Péraud (37 ans), originaire de Toulouse mais Lyonnais d'adoption, et le jeune Bardet (23 ans) dans les quinze premiers. Kadri doit quant à lui se mêler aux échappées, comme Christophe Riblon. Ce dernier a déjà gagné deux étapes du Tour de France, en 2010 et 2013. Un exemple, forcément, pour le Toulousain.

■ Quatrième Tour

Samedi à Leeds, le Toulousain a pris le départ de son quatrième Tour de France d'affilée. Kadri a fini les trois premiers, respectivement aux 117e, 89e et 125e places.