Métro, parano et guerre des mots

©2006 20 minutes

— 

Le conseil général a inscrit hier 31 millions d'euros à son budget pour le financement des transports urbains. Une somme quasi équivalente à celle que l'assemblée départementale consacrait à Tisséo, l'autorité organisatrice des transports en commun, avant de la quitter. Mais elle entend désormais distiller cette manne « de façon originale pour qu'elle profite à l'ensemble de l'agglomération ».

« L'aide départementale sera-t-elle circonscrite à des dépenses d'investissement pour des projets nouveaux ou fera-t-elle aussi fonctionner les projets que nous avons décidés et réalisés ensemble [comme la ligne B] ? », s'est aussitôt inquiété Jean-Luc Moudenc (UMP), le maire de Toulouse et président de Tisséo. « Je vous donnerai la ventilation des aides quand vous me présenterez le budget de Tisséo et des dossiers ficelés », lui a rétorqué le président Izard (PS), après un dialogue de sourd très tendu. Difficile dans ce climat houleux, d'entrevoir une sortie de crise pour les transports en commun.

H. M.