Les travaux publics ont du mal

— 

Seuls 254 recrutements sont en vue dans la construction cette année.
Seuls 254 recrutements sont en vue dans la construction cette année. — F. Scheiber / 20 Minutes

L'horizon n'est ni bouché ni dégagé pour les entrepreneurs de la Haute-Garonne. Selon l'enquête de conjoncture de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse et de la Banque de France dévoilée jeudi, les chefs d'entreprises envisagent en 2014 un chiffre d'affaires équivalent à celui 2013 (+ 3, 1 %), porté par l'aéronautique. Mais si Airbus et ses sous-traitants ont été le moteur de l'économie départementale, et ont tiré l'an dernier les effectifs vers le haut (+1, 7 %), cette année, les recrutements vont se raréfier (+ 0, 8 %). En particulier dans le secteur de la construction qui a accusé une baisse de 1 % de son chiffre d'affaires l'an dernier et une baisse de 1, 5 % de ses emplois.

Infrastructures attendues


«Dans cette région, il vaut mieux construire des avions que d'être dans les travaux publics. Depuis 2008 nous sommes en décroissance perpétuelle mais on ne s'y habitue pas pour autant», assure Thierry Le Friant, président de la Fédération des travaux publics de Midi-Pyrénées. Problèmes de trésorerie, baisse des marges, les 2 800 sociétés régionales du secteur ont du mal à voir le bout du tunnel. Alors qu'en 2008 les besoins en main-d'œuvre étaient évalués à 1 500 postes, là, seuls 254 recrutements sont prévus en Midi-Pyrénées. Souvent en intérim pour répondre aux besoins ponctuels. Après une année préélectorale en demi-teinte, la fédération espère qu'après les municipales les projets d'infrastructures seront lancés.