Le président Izard donne de la voix

©2006 20 minutes

— 

Candidat à rien, Pierre Izard entend bien « faire peser » ses « idées » à l'approche des municipales 2008. Certes, le patron PS du département n'a pas encore choisi son cheval : « Je me prononcerai le jour où je connaîtrai tous les candidats socialistes. » Mais le président local du comité de soutien à Ségolène Royal con-cède pour la première fois que le fabiusien Martin Malvy « serait un bon candidat, capable de rassembler et de gagner ». Un hommage qu'il tempère en jugeant que « cette désignation doit passer par un programme plus que par un homme ». Le président du conseil général est plus sévère sur la politique de Jean-Luc Moudenc, maire UMP de Toulouse, notamment en matière de transports en commun : « Ils ne vont pas assez vite, pas assez loin. » Bien qu'« exclu » de Tisséo, l'autorité organisatrice, le conseil général va continuer à la financer. « Mais nous le ferons de façon libre et originale à travers nos priorités comme la ligne E de tramway vers Blagnac et le prolongement de la ligne B vers Labège », annonce Pierre Izard. Le département ne devrait donc pas payer pour l'agrandissement des stations de métro toulousaines...

H. M.