Sensible est la corde

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Ses doigts ont parcouru le manche de sa guitare jusqu'à l'épuisement. Aujourd'hui, Pascal Cabero, ancien membre du groupe toulousain Zebda, triture un calepin qui ne le quitte jamais. Il y a « accumulé tout un tas de notes au long de nos voyages sur les routes de France ». Résultat, un livre intitulé Tomber la chemise*, qui sort aujourd'hui. Zebda, c'est l'histoire de sept copains devenus une famille après dix-huit années de vie commune – le groupe a été fondé en 1985. Avec des souvenirs, bons et mauvais. Comme ce concert dans une cité de l'Est, où le groupe doit quitter la scène sous les jets de pierre. « Ce jour-là, j'ai compris nos limites. J'essaie d'être le plus vrai possible, je raconte mon aventure, ma vision. »

Dans ses deux yeux noirs plantés dans un visage d'adolescent, on lit les années de galère d'« une vie spéciale ». Pascal s'est forgé au feu Zebda autant qu'il l'a alimenté. Les pages de Tomber la chemise sont pleines de kilomètres passés dans un fourgon hasardeux sur les nationales, avant de monter quelques heures sur scène. « Se lancer dans cette aventure était un choix, explique l'artiste, qui observe un silence pudique sur les femmes ou sur sa vie de famille. Ensuite, on ne peut pas revenir toutes les cinq minutes sur ce choix. L'intérêt commun nous a guidés. » Jusqu'en 2003, où, arrivé au sommet des hit-parades, Zebda se met en sommeil, même s'« il n'est pas exclu que l'on retravaille ensemble un jour. »

Alors, à 44 ans, Pascal délaisse les riffs de guitare pour écrire d'autres phrases. Peut-être une question de maturité : « La musique est volatile. L'écriture me permet d'aller plus en profondeur. » L'évolution ne doit rien au hasard. « Tout petit, j'adorais piocher dans la bibliothèque de mon père. » La création est solitaire, mais à travers un projet d'ateliers d'écriture, Pascal espère partager ce moyen d'émancipation avec les plus jeunes. « Tout comme le rap ou le slam, l'écriture est un poumon d'expression. Même si je ne rêve plus de changer le monde, il ne faut pas gaspiller une gouttelette de voix citoyenne. »

Anne-Marie Fontaine

*Editions Danger public, 14,50 e. Dédicace le 28 février à la Fnac Wilson.

Bernard Amade, responsable d'un pôle de formation « Il a un caractère trempé dans l'acier et des certitudes forgées au fur et à mesure des années. Son moteur le fait avancer de manière constructive, avec la musique ou les mots. » Elsa, amie et fan « Je connais Zebda depuis que je suis petite. Pascal est généreux, il a de l'amour à revendre. Il m'a énormément soutenu lorsque j'avais des soucis. » Fabrice, ami d'adolescence « Pascal est fidèle et constant en amitié. L'expérience Zebda a prouvé sa ténacité. La guitare est une part de sa vie, mais l'écriture est son penchant artistique le plus profond. »