Le pari des «voitures volantes»

— 

Des nacelles suspendues à des rails.
Des nacelles suspendues à des rails. — SkyTran

Et si, plutôt que de s'empaler dans les bouchons, les Toulousains filaient le long de la rocade dans une nacelle suspendue, façon Cinquième élément ? Jean-Pierre Plancade (sans étiquette), le sénateur candidat au Capitole et ex-président de Tisséo, y croit dur comme fer, persuadé qu'il faut «projeter Toulouse dans le XXIe siècle». Lundi, il a fait venir Jerry Sanders, le patron de la société américaine SkyTran, qui développe ce transport aérien révolutionnaire guidé sur un rail magnétique.

Moins cher que le tram


Encore au stade de prototype, les navettes de 2 ou 4 places pourraient transporter les usagers «à 100 km/h». «Et nos stations se montent comme des Legos, en quelques heures», ajoute Jerry Sanders qui se targue déjà d'avoir une touche avec le maire de Tel-Aviv. L'autre argument choc, c'est le prix : un kilomètre de type SkyTran coûterait 5 millions d'euros, contre 25 pour le tram et 10 pour un bus en site propre. Jean-Pierre Plancade voudrait installer les premiers rails aériens le long de la rocade et capter 20 % du trafic, soit 100 000 passagers par jour, pour les rabattre sur les terminus du métro. Et, plus séduisant encore, Jerry Sanders n'exclut pas de fabriquer ses nacelles à Toulouse pour tout le marché européen. Jean-Pierre Plancade rêve tout haut de «milliers d'emplois». Alors, miroir aux alouettes dans le genre des studios de cinéma à Francazal ? Ou vraie solution pour désengorger la Ville rose ? L'avenir le dira.