Discrimination avérée, mais pas reconnue

©2006 20 minutes

— 

Le commissaire du gouvernement a reconnu hier l'inégalité de traitement et a demandé une instruction supplémentaire dans l'affaire Belid Belhadj, un étudiant français d'origine marocaine. Du coup, le tribunal administratif se prononcera le 11 janvier sur le fait de discrimination. Inscrit à l'INP-Ensseiht en mastère système électronique, cet étudiant accuse son école de discrimination au cours de l'année 2002-2003. Saisi de l'affaire, la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité avait établi différents faits allant dans ce sens concernant ses relevés de notes et sa remise de rapport de stage. Son cursus universitaire n'ayant pas été validé, le rectorat n'avait pas voulu titulariser Belid Belhadj, qui était enseignant vacataire. D'où le recours au tribunal administratif.

Le directeur de l'Ensseiht Alain Ayache récuse ces accusations et affirme que « 20 % des étudiants sont étrangers et qu'aucun ne s'est plaint de discriminations. » Il précise qu'il se pliera aux décisions du tribunal, qui peut décider de reconvoquer un nouveau jury.

Ph. F.