Atterrissage forcé pour Lasbordes

©2006 20 minutes

— 

L'aérodrome de Lasbordes aurait du être géré à partir de janvier par la communauté d'agglomération du grand Toulouse. Mais l'Etat devra attendre encore une année avant de se défaire de cette compétence. Car ce transfert imposé par la loi d'août 2004 n'est pas forcément du goût des futurs responsables. « Nous n'avons pas eu le choix. Mais nous avons décidé de le gérer à condition que durant l'année 2007 l'Etat nous livre un inventaire des biens transférés et un diagnostic sur l'état de l'aérodrome. C'est un cadeau empoisonné car on sait déjà qu'il n'est pas rentable », souligne Bernard Keller, vice-président du grand Toulouse et maire de Blagnac. Ce qui est loin d'être le cas de son voisin, l'aéroport Toulouse-Blagnac dont le capital sera ouvert par l'Etat aux collectivités locales (15 %) et à la chambre de commerce (25 %) en 2007, puis aux investisseurs privés en 2013. « D'un côté on socialise les pertes à Lasbordes, alors que de l'autre on privatise les profits », s'indigne l'élu, qui espère avoir un siège dans la future société gestionnaire de l'aéroport présent sur sa commune.

B. C.