Un arsenal local sous haute surveillance

Béatrice Colin
— 
731 PV ont été dressés en 2013.
731 PV ont été dressés en 2013. — P. Magnien/20 Minutes


Dimanche en fin de journée, la police trouvait à Bagatelle quatre armes dont un pistolet-mitrailleur. Cette prise fait suite à de nombreuses autres dans des box et caves. «Les armes de guerre viennent d'ex-Yougoslavie, et bientôt de Syrie. Mais beaucoup sont issues de cambriolages, notamment en ce qui concerne les pistolets et les fusils de chasse», explique Lucien Pourailly le directeur départemental de la sécurité publique.



52 863 armes déclarées



«Lors d'un braquage à Castanet, les voleurs ont utilisé une veille arme allemande de collection qui n'avait pas servi depuis 60 ans», poursuit le patron du groupement de gendarmerie de Haute-Garonne, le colonel Frantz Tavart. Lundi, à l'occasion du bilan de la délinquance, les autorités judiciaires et policières ont tiré la sonnette d'alarme. «C'est une priorité. Par tous les moyens, nous devons lutter contre ce phénomène, en commençant par vérifier si tous ceux qui en ont chez eux sont en situation régulière», insiste le procureur de la République Michel Valet. L'an dernier, 731 procédures ont été dressées pour port et détention d'armes illégales, soit 303 de plus qu'en 2011. Mais si certaines personnes resquillent, d'autres ont parfaitement le droit de conserver leur « pétard » dans leur grenier. En Haute-Garonne, 52 863 armes de catégories C (chasse et tir) sont déclarées auprès de la préfecture et 3 527 habitants du département sont autorisés à avoir des armes de poing et des carabines (catégorie B). Même si parmi eux, 1 300 n'ont toujours pas renouvelé leur autorisation de détention.

■ Réglementation

Depuis septembre 2013, les propriétaires d'armes, collectionneurs, chasseurs ou licenciés de tir - ils sont 2 450 en Haute-Garonne - doivent faire leur déclaration en préfecture.