Scellés posés après une fusillade route de Launaguet à Toulouse, dans le quartier des Minimes, le 22 janvier 2014.
Scellés posés après une fusillade route de Launaguet à Toulouse, dans le quartier des Minimes, le 22 janvier 2014. — F. SCHEIBER / 20 MINUTES

FAITS DIVERS

Fusillade à Toulouse: «C'était comme au cinéma, les coups de feu n'en finissaient pas»

Un jeune homme de 25 ans a perdu la vie dans ce qui s'apparente à une règlement de comptes...

«C'était comme au cinéma, les coups de feu n'en finissaient pas. On n'est pas sorti, on s'est enfermé», témoigne Fatima, une habitante de la route de Launaguet au nord du quartier des Minimes à Toulouse.  En face de chez elle, mardi soir, une fusillade a fait un mort, un jeune homme de 25 ans, et deux blessés. Les faits se sont déroulés aux alentours de 23h à l'intérieur et à l'extérieur d'une petite pizzeria installée sur cette route de Launaguet, comme en témoignent les marquages au sol des douilles retrouvées par les fonctionnaires de la police scientifique sur le trottoir et dans l'établissement.

«Règlements de comptes entre bandes rivales»

Cette pizzeria, le Restaurant - Salon de thé Le Milano, est déjà au coeur des enquêtes sur les fusillades du mois de décembre dans ce même quartier et dans celui voisin des Izards, selon un bon connaisseur du dossier. Il évoque des «règlements de comptes entre bandes rivales» désireuses de «mettre la main sur les divers trafics des Izards», dont celui de la drogue.

Les circonstances exactes de la fusillade ne sont, pour l'heure, pas encore connues. Le procureur de la République de Toulouse, Michel Valet, s'est refusé à tout commentaire avant une conférence de presse prévue ce mercredi à 16h. Un des deux blessés a été touché par balle mais ses jours ne sont pas en danger. Le second, également hospitalisé, est très légèrement touché, a-t-on précisé de source policière.

Lancement d'une pétition

«Cela fait un moment que cela dure, ce n'est pas la première fois qu'il y a des problèmes, une personne s'est déjà fait tirer dessus pas loin d'ici il y a quelques semaines», confirme Fatima, la résidente des Minimes-Barrière de Paris. Le président du comité de quartier, Serge Baggi, et son vice-président, Vidian Autofage, étaient sur place ce mercredi matin. Ils ont annoncé qu'ils allaient lancer une pétition. Une de leur adhérente habite juste au dessus de la pizzeria, ses fenetres ont volé en éclat a cause des impacts.

«Elle est traumatisée, elle aurait pu être blessée. Elle avait déjà signalé que cette pizzeria suscitait des problèmes de bruit et tapage nocturne. Une lettre avait été envoyée à la mairie et à la police. Nous demandons que tout soit étudié pour qu'il y ait une fermeture de cet établissement, il faut aussi savoir d'où viennent les fonds qui faisaient vivre cet établissement», insiste Vidian Autofage.

Pierre Cohen saisit Manuel Valls

De son côté, le maire de Toulouse Pierre Cohen condamne avec la plus grande fermeté cette fusillade et s'en remet au ministre de l'Intérieur : «La situation est très préoccupante. J'ai immédiatement pris contact avec les responsables des forces de police pour que cette affaire soit élucidée au plus vite. Il est impératif que la population de ce quartier et l'ensemble des Toulousains puissent retrouver la tranquillité. Face à ces actes de violence absolument inadmissibles, j'ai décidé de saisir le ministre de l'Intérieur.»