Ils se piquentde paludisme

— 

Le CHU de Toulouse vient d'annoncer que son service Parasitologie-Mycologie a contribué à «une découverte majeure» dans la lutte contre le paludisme. Ce travail, fruit de la collaboration de scientifiques français et américains, a permis d'identifier un marqueur moléculaire commun aux parasites vecteurs de cette maladie qui résistent aux traitements classiques. Ce marqueur est un indicateur fiable du gène mutant de ces parasites. Il va permettre d'améliorer à la fois leur surveillance et les traitements.