La hausse ne passe pas pour les usagers

— 

La pilule de l'augmentation des tarifs reste dans la gorge des usagers. Informés par courrier de la hausse de 20 % du tarif de ZAP 31, géré par Vinci Autoroutes et le Conseil général, les abonnés du télépéage demandent toujours des comptes. Ils ont sollicité les deux structures mais leurs demandes sont restées sans réponse. «On sent qu'on ne nous prend pas au sérieux alors nous envisageons de monter un collectif, explique Gilles, un abonné. La pétition que nous avons lancée réunit aujourd'hui 570 signatures. Si nous n'obtenons aucune explication, nous ferons des actions au péage.» Depuis les années 2000, les abonnés à ZAP 31 bénéficiaient de 15 % de réduction sur leurs 22 premiers passages puis d'une gratuité du 23e au 44e passage. A partir du 1er février, la seconde tranche de trajets ne sera plus gratuite mais soumise à une réduction de 80 %. Les abonnés révoltés assurent que «certains abusent du système et que la réduction doit être maintenue pour les bons élèves».