«On reçoit la planète tennis»

Propos recueillis par Nicolas Stival

— 

Jean-Claude Knaebel dirige les Petits As de Tarbes depuis la création de ce «Mondial des 12-14 ans», en 1983. Le tournoi bigourdan, qui s'achève le 26 janvier, compte à son palmarès des noms prestigieux tels que Richard Gasquet (1999), Rafael Nadal (2000), Martina Hingis (1991 et 1992) ou Kim Clijsters (1997). Le dernier lauréat français ? Quentin Halys, en 2010.

Pourquoi le tournoi est-il présenté comme un Mondial ?

Nous sommes reconnus par les instances internationales comme le tournoi numéro un des joueurs de 14 ans et moins. Nous nous sommes donc attribué le nom de Mondial, car chaque année, nous recevons la planète tennis. Il y a tous les ans entre 43 et 48 nations représentées, des cinq continents.

Qui sont les favoris cette année ?

Chez les garçons, la tête de série numéro 1 est un Russe, Alen Avidzba, et le numéro 2 l'Israélien Yishai Oliel. Chez les filles, il s'agit de l'Ukrainienne Dayana Yastremska, devant la Russe Olesya Pervushina. Il y a une omniprésence des joueurs et joueuses des pays de l'Est depuis cinq ou six ans.

Peut-on compter sur les Français ?

Côté masculin, Rayane Roumane peut espérer figurer au moins dans le dernier carré. Il y a de bonnes filles, mais nous ne pensons pas que l'une d'entre elles ira aussi loin.

Le tableau final a commencé lundi…

D'entrée, nous avons vu un niveau de jeu important. Beaucoup de garçons font 1, 80 m et frappent fort. Il y a eu des changements par rapport aux débuts du tournoi. Sur le plan du matériel, avec par exemple l'agrandissement du tamis des raquettes. Mais aussi sur le plan athlétique. Ce sont des enfants qui font désormais trois heures de tennis par jour, et trois heures de préparation physique.

Depuis 2000, les gagnants des Petits As ont plus de mal à percer…

C'est vrai que nous avons eu des vainqueurs dont on n'a plus jamais entendu parler. Mais 80 % des joueurs et joueuses passées par Tarbes font carrière.