Dominik Furman, jeune mais déjà plein d'aplomb

Nicolas Stival

— 

Le Polonais ne sait pas encore s'il débutera en L1 dimanche contre Monaco.
Le Polonais ne sait pas encore s'il débutera en L1 dimanche contre Monaco. — F. Scheiber/20 Minutes

Le jeune international polonais Dominik Furman (21 ans) s'est officiellement engagé ce jeudi avec le TFC, jusqu'en juin 2018. Gros plan sur l'ancien milieu du Legia Varsovie, que Toulouse avait failli recruter dès l'été dernier, avant de se faire prêter Clément Chantôme par Paris.

Son profil. «Je n'aime pas parler de ça», glisse le joueur. Alain Casanova s'en charge : «Il a une très bonne technique individuelle, une très belle qualité de passes courtes et longues et un très gros volume de jeu, détaille l'entraîneur du TFC. Il tire aussi très, très bien les coups de pieds arrêtés. A l'image d'Etienne Didot, il peut évoluer aux trois postes de milieu axial.»

La concurrence. «J'y étais déjà habitué au Legia, lâche Furman. Je viens ici pour être titulaire.» Casanova tient à préciser : «Son arrivée n'est pas conditionnée au départ d'un de nos milieux. C'est une opportunité qui s'est présentée.»

Son état de forme. Excellent en 2012-2013 lors de son premier exercice professionnel, conclu par un doublé coupe-championnat et émaillé d'une première sélection en A, le milieu a baissé de pied cet automne. «Entre le championnat, les Coupes de Pologne et d'Europe, j'ai joué autant en une demi-saison que pendant toute la saison dernière, se défend Furman. J'avais un match tous les trois jours, et j'étais fatigué.» Trêve hivernale oblige, sa dernière rencontre remonte au 13 décembre, en Coupe de Pologne. Sa présence dans le groupe, dimanche contre Monaco (17 h), reste incertaine

Le prix du transfert. En Pologne, les 2, 7 millions d'euros déboursés par le TFC pour le jeune joueur ont surpris. «Ce n'est pas mon problème, évacue Furman. Ce sont les présidents de clubs qui gèrent leur argent et décident comment ils le dépensent.»