Les urgences dans le rouge

Béatrice Colin

— 

Les épidémies alourdissent 
l'activité habituelle.
Les épidémies alourdissent l'activité habituelle. — F. Scheiber / 20 Minutes

Avec le retour de l'hiver, les maladies respiratoires et les gastros sont de retour. Des pathologies qui affolent les urgences, en particulier pédiatriques. Celles de l'Hôpital des enfants de Toulouse, à Purpan, sont encombrées.

Parfois 6 heures d'attente


«Cette activité épidémique s'ajoute à l'activité habituelle. Nous recevons en moyenne 110 patients dans la semaine, en ce moment nous montons à 140 et jusqu'à 170, avec des pics en soirée et le week-end. Parfois, par facilité, les parents viennent aux urgences, mais ils ont la possibilité de se rendre aux maisons médicales de garde à la Grave et la Faourette le soir de 20 h à minuit et le week-end», préconise Maud Réveillé, directrice adjointe du pôle enfant au CHU de Toulouse. Appeler son généraliste ou son pédiatre reste le premier réflexe à avoir. Car, si l'attente en cabinet médical est parfois longue, il peut atteindre jusqu'à 6 heures aux urgences si ce n'est pas un cas critique. Et pour ceux-là, l'Hôpital des enfants a ouvert une vingtaine de lits supplémentaires pour les accueillir dans les meilleures conditions possibles.

* www.chu-toulouse.fr/-urgences-