Ali Ahamada en zone de turbulences

Nicolas Stival

— 

A Bordeaux, Ahamada ne retrouvera pas Diabaté (à droite) mais Hoarau.
A Bordeaux, Ahamada ne retrouvera pas Diabaté (à droite) mais Hoarau. — F. Scheiber/20 Minutes

Pour la sérénité, il y a mieux. Depuis plusieurs semaines, la rumeur est tenace : le TFC cherche un nouveau gardien pour suppléer Ali Ahamada, jugé trop inconstant. Le nom du Mexicain d'Ajaccio Guillermo Ochoa, démenti en haut lieu, revient même avec insistance. Pas l'idéal pour le portier de 22 ans, au moment d'aborder le derby de la Garonne, samedi à Bordeaux, face à l'attaquant Guillaume Hoarau, un revenant en L1. «On entend les bruits, reconnaît le milieu Pantxi Sirieix. Ali est conscient que ça fait partie du métier. Mais il a prouvé à Romorantin qu'il était là et bien là.» Le gardien toulousain a signé en effet une belle partie, samedi en Coupe de France, dans la boue de Sologne, chez un adversaire de CFA (1-2). «Il a démontré sur ce match qu'il était prêt à faire une bonne deuxième partie de saison», appuie Alain Casanova. L'entraîneur toulousain, qui a lancé Ahamada en L1 voici trois ans, a toujours défendu l'ancien Martégal. Même lorsque celui-ci enchaînait les bourdes la saison dernière, après avoir très mal digéré son incroyable but de la tête inscrit contre Rennes (2-2), le 22 septembre 2012. «Il y a tellement de bruits autour de lui depuis pas mal de temps, souffle le technicien. J'ai souvent demandé de le laisser tranquille.» Selon Casanova, le TFC ne bougera pas sur le marché des transferts en ce mois de janvier. «Les rumeurs, cela reste des rumeurs», balaie-t-il avant de reconnaître que le club « travaille sur le mercato d'été », sans indiquer les postes ciblés. En juin, il ne restera plus qu'un an de contrat à Ahamada. Le dossier des gardiens toulousains va donc vite redevenir d'actualité. D'autant plus que les actuels numéros deux (Olivier Blondel) et trois (Marc Vidal) verront quant à eux leur bail expirer au terme de cette saison.