Le Stade veut gravir l'Everest anglais

N. S.

— 

Pour le troisième ligne Yannick Nyanga, il s'agit d'un «Everest» à gravir. Pour le coentraîneur Jean-Baptiste Elissalde, d'une équipe «en train de submerger le championnat anglais». Les Toulousains se font une montagne des Saracens, leurs adversaires lors du choc de Coupe d'Europe, dimanche (16 h) à Ernest-Wallon, qui se jouera à guichets fermés. Les deux formations comptent 15 points, et le vainqueur assurera sa qualification pour les quarts de finale, à une journée de la fin des matchs de poule. Les quatrièmes du Top 14 ont toutes les raisons de craindre les Londoniens, impressionnants leaders du championnat d'Angleterre. «Ils viennent de passer 30 points à Worcester puis à Gloucester, rappelle Elissalde. Et tous les week-ends, c'est comme cela.» Sauf le 18 octobre, lorsque les Rouge et Noir avaient fait tomber à Wembley les coéquipiers d'Owen Farrell, l'ouvreur-buteur du XV d'Angleterre (16-17). Un exploit à rééditer dimanche.