Les volailles jouent le tout pour le goût

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Chapons, dindons et autres palmipèdes gras seront bientôt dodus... à point pour les agapes de fin d'année. En attendant, les plus beaux spécimens vont animer les stands de dégustations et les tables rondes de la Semaine internationale de la sécurité et qualité alimentaires (Sisqa) : une vitrine de la vitalité de l'agriculture et de l'agroalimentaire de la région, au premier rang de l'hexagone en volailles festives.

A Noël dernier, la crise de l'influenza aviaire s'est soldée par une baisse de 40 % de la consommation de poulets. Seuls les produits festifs labellisés se sont maintenus, affirme Philippe Baron, président régional de l'Association des filières régionales avicoles, « les professionnels s'étant mobilisés pour définir des mesures sanitaires validées par le ministère de la Santé ». Cette année, tous les clignotants sont au vert, car les 2 700 exploitations (dont 600 producteurs de volailles de chair) ont travaillé la sécurité, en garantissant la traçabilité de 15 millions de becs.

Avec près de 80 % de la volaille festive sous label dans la région, ni la grippe du poulet, ni les embargos sur le foie gras – 10 % à l'export – n'ont eu raison des filières qualités. En 2005, les Français ont mangé 18 000 tonnes de foie gras, soit 85 % des volumes mondiaux. Midi-Pyrénées est le deuxième bassin français de production de ce précieux mets inscrit au menu de toutes les fêtes et protégé en France par la loi d'orientation agricole du 5 janvier 2006.

Anne-Marie Bourguignon

La Sisqa est ouverte de 10h à 19h ; nocturne le vendredi. Entrée gratuite pour les moins de 12 ans et les scolaires, adultes : 3 euros, étudiants : 1,5 euros.