La panoplie geek est de rigueur

Béatrice Colin

— 

Cette année, 40 000 personnes sont attendues à la 7e édition du TGS.
Cette année, 40 000 personnes sont attendues à la 7e édition du TGS. — F. Scheiber/20 Minutes

Les nostalgiques du « Club Dorothée » peuvent se réjouir. Ce week-end, sans avoir à se cacher, ils vont pouvoir chanter à tue-tête avec Bernard Minet son plus célèbre refrain : «Moitié homme, moitié robot, le plus valeureux des héros, Bioman Bioman»... C'est l'un des avantages du Toulouse Game Show, le rendez-vous des fans de manga et jeux vidéo qui se tient ce week-end au Parc des expositions.

Cosplays et invités


«Etre geek avant était une insulte, aujourd'hui c'est devenu tendance, les gens n'hésitent plus à dire qu'ils viennent au salon et le bouche-à-oreille fonctionne», avance Sébastien Laurens, l'un des deux responsables de cet événement désormais incontournable. De 11 000 visiteurs lors de son lancement en 2007, le TGS est passé à 34 000 l'an dernier et 40 000 sont attendus pour cette édition. Si le cœur de cible est la population des 15-35 ans, les familles sont aussi nombreuses à s'y rendre. Elles viennent pour voir les défilés de cosplayers, ces adeptes de Star Trek ou de littératures japonisantes dans des costumes plus vrais que nature. Chacun pourra s'initier à des jeux de plateaux, croiser des auteurs de littérature fantastique ou tester les derniers jeux vidéo. Au détour des allées, les visiteurs reconnaîtront des sommités du grand et petit écran, que ce soit Kenny Baker qui endossa la panoplie du droïde R2-D2 ou encore Kritian Nairn, plus connu pour son rôle d'Hodor dans la série Game of Thrones. Les puristes, adeptes de BD Manga, auront la possibilité pour la première fois cette année de suivre des cours avec un scénariste. A la sortie, même les novices pourront ajouter à leur vocabulaire les mots « nerd », « no life » et « N00b ».