Leur plan, c'est des plants

Béatrice Colin

— 

Près de la nouvelle école Lucie-Aubrac, les riverains veulent un jardin.
Près de la nouvelle école Lucie-Aubrac, les riverains veulent un jardin. — F. Scheiber/20 Minutes

Aux arbres citoyens. C'est l'appel lancé depuis quelques jours par le comité de quartier Minimes-Barrière de Paris, à grands renforts de tracts et de pétitions. Le 23 novembre, ses membres planteront un chêne sur le terrain de la Salade, 3, 3 hectares coincés entre l'avenue de Fronton et la route de Launaguet. La mairie et le bailleur social Habitat Toulouse projettent d'y construire 300 logements, dont la moitié de HLM.

Discussion en cours


«Les habitants demandent depuis longtemps un poumon vert. Nous voulons donc qu'un jardin voie le jour sur la moitié de la parcelle, soit 1, 5 ha. Et pour respecter l'environnement, la réalisation de 150 logements sociaux est suffisante. Des constructions privées, on en a déjà beaucoup : ces deux dernières années, rien que sur l'avenue de Fronton, il y en a eu 600 de plus», argumente Serge Baggi, le président du comité de quartier. «Aucun projet n'est arrêté, nous reprenons les discussions sur la présence d'espaces verts et leur nature avec les associations que nous rencontrerons prochainement», assure Stéphane Carassou, le président d'Habitat Toulouse et élu de Toulouse Métropole qui a acheté ce terrain à l'Etat pour 6, 5 millions d'euros.

■ Projet remanié

Les riverains comptent présenter aux élus un projet remanié, où les immeubles ne dépassent pas les quatre étages et où le jardin s'ouvre sur la nouvelle école Lucie-Aubrac.