Le 115 obtient des hébergements pour répondre aux besoins

©2006 20 minutes

— 

Deux heures après s'être enchaînés symboliquement aux portes du Grand Hôtel de la rue de Metz, les membres de la veille sociale ont obtenu gain de cause. En grève depuis une semaine pour dénoncer le manque d'hébergement d'urgence, ils ont eu une réponse positive de la préfecture sur de nouveaux lieux d'accueil. Les 35 places de la rue des Trente-Six Ponts, annoncées un temps pour les familles, seront destinées aux grands précaires. Et les familles, ainsi que quelques femmes seules, devraient être orientées vers des studios de la rue Vélane gérés par l'association Espoir. « On est content car on a réussi à faire bouger les pouvoirs publics, mais le problème reste entier et des familles se retrouveront à nouveau à la rue en avril, à la fin du plan hivernal », ponctue Sandrine Saro, assistante sociale au 115 dont les membres se réuniront aujourd'hui pour voter la levée de la grève. Par contre ils ne comptent pas stopper l'effet rassembleur de ce mouvement.

B. C.