Salah Amokrane : «Un fossé entre les politiques et les quartiers populaires»

©2006 20 minutes

— 

Salah Amokrane, conseiller municipal Motivé-e-s.

Pourquoi consacrer deux débats* à l'expression politique des quartiers populaires ?

Parce qu'elle n'existe pas. Ni à Toulouse ni ailleurs. Malgré les émeutes, il y a encore un fossé énorme entre la parole des politiques et celle des habitants. Le sujet est toujours pris sous l'angle de l'immigration et de l'insécurité, jamais sous celui de l'intérêt des habitants.

Et la démocratie de proximité lancée en 2002 par la mairie...

C'est un système de démocratie clientéliste. Certaines commissions de quartier ne se sont pas réunies depuis deux ans.

Avez-vous des pistes pour améliorer les choses ?

Sur certains projets, un budget participatif pourrait être dégagé et confié à un conseil d'habitants, pour aménager un espace public par exemple. La restructuration du Mirail, avec le grand projet de ville, aurait pu être une formidable aubaine pour ce type d'expérimentation...

*A 12 h 30 Amphi 3 de la fac du Mirail et à 20 h à la maison de quartier de Bagatelle.