Jean-Pierre Plancade entredans la course au Capitole

Hélène Ménal

— 

Jean-Pierre Plancade a 64 ans.
Jean-Pierre Plancade a 64 ans. — 20 Minutes

«Je veux rendre les clés de la ville aux Toulousains.» C'est l'état d'esprit de Jean-Pierre Plancade au moment de se lancer à son tour dans la course au Capitole. Dans son style inimitable, il a confirmé sa candidature vendredi en brandissant une grosse clé en fer forgé.

Une « troisième voie »


Le sénateur PRG, «en congé du parti», ne se résout pas au duel «manichéen» annoncé entre le socialiste sortant Pierre Cohen et son prédécesseur, l'UMP Jean-Luc Moudenc. Sur ce dernier, il rappelle qu'il a été «plus de vingt ans aux manettes, dont quatre ans maire. Et les Toulousains lui ont préféré quelqu'un qu'ils ne connaissaient pas.» Sur Pierre Cohen, le candidat est tout aussi sévère : «C'est un maire qui confisque, qui n'écoute pas ses concitoyens et qui a toujours raison tout seul.» Pour l'électron libre Plancade, les deux hommes «aiment le Capitole», tandis que lui «aime les Toulousains». A 64 ans, le sénateur se présente comme «un homme de gauche»

mais annonce que sa liste «de rassemblement» ne le sera pas à proprement parler. Désormais sans étiquette, et donc sans financement partisan, il pense incarner «une troisième voie». Et il ne se prive pas de rappeler qu'il a déjà défié avec succès l'appareil socialiste. C'était en 2008, lorsque l'investiture aux sénatoriales lui a été refusée. Il y est allé quand même et a gagné son ticket pour le palais du Luxembourg. De retour en campagne, il se donne un mois pour constituer sa liste et compte déjà à ses côtés l'ex-députée socialiste Yvette Benayoun-Nakache.

■ Tisséo

Jean-Pierre Plancade est conseiller général du canton Toulouse 6. Il est aussi connu pour avoir présidé le Syndicat Mixte des transports en commun, qu'il a rebaptisé Tisséo.