Émeutes plus vraies que nature

— 

Plus de 150 personnes, pompiers ou policiers, ont participé à cet exercice.
Plus de 150 personnes, pompiers ou policiers, ont participé à cet exercice. — FRED SCHEIBER/20 MINUTES

Hasard du calendrier, au lendemain de la condamnation d'un jeune de 22 ans à deux ans de prison pour l'agression de trois pompiers, les forces de l'ordre se sont livrées jeudi à un exercice grandeur nature de violences urbaines. L'ex-base militaire de Francazal s'est transformée l'espace d'une après-midi en terrain d'entraînement. Une cinquantaine d'élèves gardiens de la paix ont endossé le rôle des casseurs et se sont frottés à près d'une centaine de CRS. Pompiers et police scientifique était aussi de la partie. Et Pascal Lalle, le directeur Central de la Sécurité Publique, était venu en personne superviser l'exercice. «Il faut rôder les interventions pour qu'elles soient efficaces, avec le moins de dégâts possibles que ce soit du côté des forces de l'ordre ou du côté des agresseurs», a-t-il indiqué.