L'école, quel cirque parfois  !

Hélène Ménal

— 

Le spectacle surprise du Cirque Farouche dure un bon quart d'heure.
Le spectacle surprise du Cirque Farouche dure un bon quart d'heure. — F. Scheiber/20 Minutes

Lundi matin, quand les élèves de l'école maternelle Jules-Julien sont entrés en classe, tout était calme dans la cour. Les instituteurs leur ont bien glissé qu'une surprise se préparait pour la récré de 10 h, mais ils étaient sans doute loin d'imaginer un tel charivari : mât géant, groupe en live avec fumigènes, et acrobates de tous poils. La troupe du Cirque Farouche a pris les choses en main enchaînant cascades et roulades.

Descentes à frissons


«Moi, j'ai bien aimé le vélo», dit Leona. Il faut dire que le spécialiste sait en faire de toutes les manières sauf assis sur sa selle. Les descentes vertigineuses du mât, stoppées à un cheveu de l'asphalte, ont tiré des grands «waouh !» à ces spectateurs hauts comme trois pommes. «Le but, c'est de créer la surprise», explique Jef Odet, le directeur artistique, qui met un point d'honneur à présenter le travail de la troupe sans l'infantiliser. La vraie adaptation, c'est aux conditions d'extérieur. A cette cour en pente, pas facile à dompter, par exemple. Les élèves ont eu droit à une boum improvisée avant de regagner leurs classes. Mais le cirque n'est pas terminé. «Culturellement, c'est intéressant. Nous allons travailler sur le thème», explique Katia Boubakeur, la directrice.

■ Concept

«Les Récréations» sont une initiative des théâtres Sorano et Jules-Julien. Quelque 10  000 écoliers, collégiens, lycéens et même étudiants toulousains y auront goûté d'ici au 17 octobre.