Chauvet en rupture de ban(c)

Nicolas Stival

— 

En deux saisons avec le TMB, Chauvet a signé une montée et un maintien.
En deux saisons avec le TMB, Chauvet a signé une montée et un maintien. — F. Scheiber / 20 Minutes

Dimanche à Paris, Matthieu Chauvet recevra le trophée d'entraîneur de l'année 2013, pour avoir maintenu le Toulouse Métropole Basket, un an après sa montée en Ligue féminine. Paradoxalement, c'est un technicien inscrit à Pôle emploi qui sera récompensé par ses pairs. Licencié au terme de la deuxième de ses trois années de contrat et remplacé par Jérôme Fournier, Chauvet (37 ans) a saisi les prud'hommes (voir par ailleurs). Il officie désormais en… huitième division. «Je donne un coup de main à Eaunes [Régionale 2 féminine] et à Launaguet [Régionale 2 masculine], explique-t-il. C'est loin d'être du haut niveau, mais ça me permet d'attendre des jours meilleurs. Il faut garder des automatismes, dans la préparation des séances, les interventions et même dans les intonations de la voix.» Le Tourangeau de naissance avoue quelques contacts cet été avec des clubs pros. «Le dernier en date, c'était avec Lyon [qui a engagé la Serbe Marina Maljkovic], lâche-t-il. Tous les postes en Ligue féminine sont pourvus. Maintenant, il faut attendre un mois et demi ou deux mois.»

«J'irai voir quelques matchs de Toulouse»


Chauvet se tient prêt à suppléer un collègue infortuné : «Je vais superviser toutes les équipes du championnat, étudier leur jeu via des vidéos. Et j'irai voir quelques matchs de Toulouse.» Dès ce week-end, l'entraîneur croisera son ancienne formation, opposée samedi à Mondeville. Il sera en effet récompensé lors de l'Open LFB, qui centralise les matchs de la première journée à Paris. «Je me sens serein, glisse Chauvet. Je peux me regarder dans une glace.» Puis l'ancien coach du TMB retournera, pour un temps, dans l'ombre. «J'interviens deux jours par semaine à Eaunes et deux autres à Launaguet, en plus des matchs le week-end, détaille-t-il. Je lâche peut-être un peu de lest, je plaisante un peu plus. Mais les amateurs attendent aussi de la précision et de l'engagement.» Et Chauvet attend un nouveau défi chez les pros.