Le gros appétit de Gillian Galan

Nicolas Stival

— 

Le n° 8 blond, titulaire contre Biarritz, pourrait enchaîner face à Castres.
Le n° 8 blond, titulaire contre Biarritz, pourrait enchaîner face à Castres. — F. Lancelot/Sipa

Que les supporters toulousains se rassurent. Si Gillian Galan n'a disputé que la première période contre Biarritz, samedi (31-7), c'est«un choix du staff, qui a voulu faire tourner», confie le jeune troisième ligne centre (22 ans). Le Montalbanais, auteur de débuts tonitruants voici deux saisons, ne souffre pas d'un énième souci physique. «Je viens d'enchaîner quatre matchs, j'espère jouer un peu plus que la saison dernière [21 rencontres de Top 14 et de Coupe d'Europe] pour montrer que je peux suppléer Louis Picamoles quand on a besoin de moi, commente-t-il. Je touche du bois.»

Le satisfecit de Novès


«Il est sur la bonne pente, souligne le manager général Guy Novès. Je suis content de son état d'esprit, mais aussi de son sérieux à l'entraînement. Il a compris que le rugby de haut niveau est servi par le travail et l'hygiène de vie.» Depuis ses débuts, le grand blond (1, 93 m) lutte pour évacuer des kilos superflus. «J'en ai perdu quatre ou cinq, je dois être à 124 ou 125 kg, précise-t-il. A moi d'arriver à 120-122. Mais il ne faut pas que la perte soit trop rapide. Sinon, on risque de se péter.» Galan n'a pas douté au fil de ses fréquents passages à l'infirmerie. «J'ai eu plein de pépins, mais au final, je n'y étais pas pour grand-chose, plaide-t-il. Par exemple, lorsque je me fracture le plateau tibial [en décembre 2012], c'est après un plaquage de Vincent Clerc sur Jo Tekori [le néo-Toulousain, alors à Castres] qui me tombe sur la jambe… Chaque fois que je me suis blessé, j'avais une hygiène de vie impeccable.» Puissant et adroit, Galan semble promis à une grande carrière en club. Voire en Bleu ? «Il faudrait déjà que je sois titulaire au Stade, sourit-il. J'ai un gros client devant moi, cela risque d'être compliqué. Je n'y pense pas forcément. Ce que je veux, c'est jouer.» Forfait contre Biarritz, Picamoles (hanche), le fameux «client», risque de rater aussi la venue de Castres, samedi. Galan pourrait donc de nouveau montrer ce qu'il sait (bien) faire, lors du premier vrai choc de la saison face au champion.

■ Dusautoir incertain

Blessé au genou droit à Montpellier (25-0), le 8 septembre, le troisième ligne aile et capitaine du Stade Toulousain, forfait contre Biarritz, n'est pas sûr de faire sa rentrée samedi pour le duel face à Castres.