20 Minutes : Actualités et infos en direct
Du neuf en rayon pour les étudiants

Du neuf en rayon pour les étudiants

Université Une épicerie de proximité a ouvert sur le campus de Rangueil, une première en France
L'épicerie a des horaires décalés : 8 h -11 h, et 17 h -20 h 30.
L'épicerie a des horaires décalés : 8 h -11 h, et 17 h -20 h 30. - F. Scheiber/20 Minutes
Hélène Ménal

Hélène Ménal


Avant, pour acheter son pain, Ari devait prendre le métro ou entamer une longue marche. Lundi, cet étudiant en astrophysique qui vit sur le campus de Rangueil n'a eu qu'à descendre au pied de sa résidence pour faire ses emplettes. Il a trouvé ses deux demi-baguettes et repéré des fruits et légumes bon marché au Mini Market, la toute nouvelle épicerie de proximité destinée aux étudiants.



Ni argent, ni alcool



Ce commerce design, créé et géré par le Centre régional des œuvres universitaires (Crous), est inédit en France. Il est surtout le tout premier magasin de cette ville dans la ville qu'est le campus scientifique toulousain. «C'est idéal pour les courses d'appoint», se réjouit Romain, un étudiant de l'Insa. Comme beaucoup de ses camarades, il n'a pas de voiture et ne trouve pas très pratique de se promener dans le métro avec des packs de lait. En apparence, le Mini Market a tout d'une épicerie classique. On y trouve de quoi petit-déjeuner, écrire, se laver et manger équilibré. Il y a même des préservatifs et les incontournables gâteaux apéro des soirées étudiantes. Pas d'alcool, ni d'argent en revanche. Quand Cédric, le gérant, encaisse, il demande aux étudiants la carte Moneo qui leur sert aussi pour le resto U. Et puis, l'ambiance est familiale. Eric, le cogérant, connaît son monde. Il a été pendant des années le veilleur de nuit du tripode A.

Le «Mini M» est en rodage. «Nous demanderons un retour aux étudiants d'ici trois mois sur les produits et les prix», explique Thierry Bégué, le directeur du Crous qui aborde avec humilité ce «nouveau métier» où il faut apprendre à acheter en gros sans avoir la force de négociation d'une grande enseigne. Pour lui, le Mini Market est «un service», pas un business. L'objectif est une «marge zéro» et un simple équilibre des comptes. L'initiative est saluée par Bertrand Monthubert, le président de l'université, qui veut donner aux étudiants «l'envie de rester sur le campus une fois les cours terminés». L'idée d'une librairie est dans les tuyaux.

■ Version en ligne

Les «insulaires» de la cité universitaire Daniel-Faucher auront bientôt leur « Cyber M ». Ils pourront commander leurs victuailles et produits en ligne et seront livrés au foyer de la cité U.