Le paradis des voyageurs étourdis

Béatrice Colin

— 

Près de 200 objets sont trouvés chaque mois dans les gares de la région.
Près de 200 objets sont trouvés chaque mois dans les gares de la région. — F. Scheiber/20 Minutes

Une machine à coudre, des tentes ou un ukulélé. Ce n'est pas la caverne d'Ali Baba, mais le service des objets trouvés de la gare Matabiau* recèle tout de même de choses insolites, récupérées dans les gares de Midi-Pyrénées ou dans les wagons par les agents de la SNCF. Même les sacs explosés après un déminage sont là. Et à la fin de ce week-end de retour de vacances, les étagères risquent d'être garnies par de nouvelles valises oubliées. En juillet, 214 lunettes, vélos, trousseaux de clés ou encore portables ont été oubliés par des voyageurs tête en l'air.

Dons aux associations


«Nous en avons restitué 93. Pour les portefeuilles, c'est assez facile d'identifier son propriétaire et de le retrouver, mais pour un sac de vêtement, c'est beaucoup plus compliqué», explique Maïté. Responsable du service depuis le début de l'année, elle s'occupe de ranger et conserver tous ces objets. D'ici à la fin de l'année, elle pourra recenser les déclarations sur un site Internet. Pour l'heure, elle répond aux visiteurs à la recherche d'un bien. Comme ce père de famille qui vient voir si elle n'a pas le trousseau de clés perdu par son fils aux Arènes. Souvent, elle troque sa tenue d'employée des chemins de fer pour celle de Sherlock Holmes. «Une dame avait perdu son sac à main sur un Toulouse-Paris. J'ai lancé la recherche dans tous les services d'objets trouvés», raconte Maïté. Au bout de deux mois, si les propriétaires ne se sont pas manifestés, les lunettes, jouets et habits sont récupérés par des associations caritatives. Le matériel High-Tech est confié aux Domaines, qui assurent la vente aux enchères pour le compte de l'Etat.