Vermaak et le « bout de papier»

Nicolas Stival

— 

Jano Vermaak (ici avec les Bulls de Pretoria) va découvrir le Top 14.
Jano Vermaak (ici avec les Bulls de Pretoria) va découvrir le Top 14. — M. Graham/AFP

Une nouvelle fois, Jano Vermaak ne fait que passer. Début août, le nouveau demi de mêlée toulousain était resté moins d'une semaine en France, avant de rejoindre l'Afrique du Sud en vue du Four Nations. Quinze jours et deux succès contre l'Argentine plus tard, l'ancien des Bulls de Pretoria, accompagné du pilier Steenkamp, a atterri lundi à Blagnac. Tous deux repartiront samedi de Lyon, direction l'Australie pour se frotter aux Wallabies. Quelques heures à peine après les premiers pas de Vermaak en Top 14, à Clermont (15 h). «Je ne suis pas encore sûr de débuter», confie-t-il en anglais.

L'aide des coéquipiers


Le Sud-Africain fera toutefois bien partie d'un groupe remanié, sans doute sans son concurrent Jean-Marc Doussain, ménagé avec d'autres cadres avant la réception du Racing-Métro (mercredi) puis le déplacement à Montpellier, quatre jours plus tard. La tâche promet d'être ardue pour ce non-francophone, à un poste stratégique. «Il y a deux solutions, détaille son entraîneur Jean-Baptiste Elissalde. Soit je l'abreuve de discours, et il n'en engrange qu'un dixième. Soit son talent, l'aide de ses coéquipiers et deux ou trois informations principales suffiront à son intégration.» On comprend vers quelle hypothèse penche l'ancien demi… Même s'il ne compte qu'une sélection internationale, en juin contre l'Italie, Vermaak, 28 ans et plus de 100 matchs de Super 15 au compteur, n'a rien du perdreau de l'année. «Quand tu es sur le terrain, le rugby, ça reste du rugby, malgré les problèmes de langue, lâche-t-il. Il y a quelques consignes à connaître. On m'a donné un bout de papier lors de mon premier passage à Toulouse, et j'ai commencé à l'apprendre.» Elissalde ne se fait pas de soucis. «Jano est assez impatient, car il ne joue pas trop en sélection.» Non retenu pour le premier match face aux Pumas argentins, Vermaak est resté sur le banc lors du second. Son retour définitif à Toulouse est prévu début octobre. Il aura eu le temps d'assimiler son «bout de papier».

■ Forteresse

Clermont est invaincu à domicile depuis 60 matchs (record de France). Et Toulouse n'y a plus gagné depuis mai 2002. La tâche sera rude face à l'ASM qui reste sur un échec à Oyonnax (30-19).