La participation à la vie de la cité reste à développer

©2006 20 minutes

— 

Durant deux jours, l'université Paul-Sabatier se penche sur la démocratie participative. Ce colloque, organisé par le Laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences sociales, abordera notamment le cas des commissions consultatives de quartier toulousaines mises en place en 2002. Six de ces dix-sept commissions ont été scrutées par Marianne Sirmen, doctorante en sciences sociales. Un de ses constats est le manque de représentativité des habitants du quartier. « 68 % des effectifs sont des représentants associatifs. Les habitants ne représentent que 23,3 %. Ils sont nommés et la majorité d'entre eux sont des citoyens organisés, déjà connus et appartenant souvent à des catégories élevées », souligne la chercheuse. Pour les gros projets de quartier, les commissions entérinent souvent d'anciennes revendications. « Par contre, elles proposent des aménagements, comme la construction de giratoires, qui aboutissent », relève Marianne Sirmen.