Au chevet des sous-traitants d'Airbus

©2006 20 minutes

— 

Le Premier ministre est arrivé hier avec 145 millions dans son escarcelle. Dominique de Villepin a annoncé 80 millions d'avance remboursables pour aider les sous-traitants d'Airbus en matière de trésorerie et d'investissements de recherche. Il a proposé à la région de doubler la mise. « Je ne suis pas venu pour m'entendre dire que le conseil régional doit payer. Nous avons déjà versé 10 millions d'euros d'avance remboursables ces dernières années », a réagi Martin Malvy, président de la région, jugeant les annonces « d'une insuffisance manifeste ». Selon Dominique de Villepin, 50 millions d'euros seront également réservés à de prochains appels d'offres des pôles de compétitivité et 15 millions au campus de recherche sur l'aéronautique et l'espace.

« Les avances remboursables c'est très bien, mais est-ce qu'on ne pourrait pas avoir cette somme pour aider à la diversification ?, demande Bernard Roumières de la Sermi, spécialisée dans l'outillage. Airbus demande aux entreprises de se regrouper mais il ne faudrait pas que ce soit des regroupements à la casse. » Louis Gallois, président d'Airbus, a répondu qu'il allait réunir les organisations professionnelles pour élaborer une charte de partenariat. « Nous voulons leur donner plus de visibilité sur nos programmes, les aider à se rassembler et travailler sur l'homogénéisation des délais de paiement. »

Béatrice Colin

Selon la présidente de la CGPME 31, Anouk Déqué, « certaines entreprises de services travaillant dans l'imprimerie ou le nettoyage ont déjà perdu près de 30 % de leur chiffre d'affaires. »