Anna Mélin : «La précarité étudiante est celle du logement»

©2006 20 minutes

— 

Anna Mélin, pésidente du syndicat étudiant Unef-Toulouse.

Vous plantez des tentes aujourd'hui devant le Crous pour dénoncer la précarité des étudiants. Pourquoi là?

A Toulouse, la précarité étudiante est surtout celle du logement. Ce n'est pas une action contre le Crous, car il est simple gestionnaire. C'est à l'Etat de lui donner des moyens supplémentaires pour résoudre ce problème.

Combien de logements manquent ?

Il y a 115 000 étudiants dans l'académie, pour seulement 7 800 logements Crous. Nous demandons la création de 3 000 nouveaux logements dans les plus brefs délais, même si cela reste insuffisant. Pour l'instant, l'académie est à la 20e place sur 28 en nombre de logements par étudiant, alors que Toulouse est la première ville étudiante de province.

Quelles sont les conséquences de cette situation ?

J'ai rencontré une fille qui a dû dormir une semaine dans la rue. Souvent, ce sont des étrangers qui repartent chez eux et laissent tomber leurs études. D'autres sont obligés de retourner chez leurs parents. C'est pour cela qu'on demande une allocation d'autonomie.

Recueilli par B. C.