Toulouse

Procès du Patriarche : au nom du père

Comme prévu, le « Patriarche » n'est pas venu à son procès, hier. Mais sept des enfants de Lucien Engelmajer, soupçonnés de recel, ont fait le déplacement. Y compris François Engelmajer, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, levé hier par l...

Comme prévu, le « Patriarche » n'est pas venu à son procès, hier. Mais sept des enfants de Lucien Engelmajer, soupçonnés de recel, ont fait le déplacement. Y compris François Engelmajer, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, levé hier par le tribunal, et qui vivait en Floride. Du temps où l'association le Patriarche et ses multiples filiales tournaient à plein régime, toute la progéniture avait des comptes en Suisse.

« Ils sont accusés d'avoir bénéficié des largesses de leur père, qui était une véritable icône. Mais ils n'étaient pas forcément au courant de la nature frauduleuse de ces fonds », explique Simon Cohen, l'avocat de certains d'entre eux. « Mon père a 86 ans, il vit comme un mendiant au Belize », précise Chantal Marty, la fille aînée. « J'ai du mal à le croire », assure Antoine, ex-toxico, ancien protégé d'Engelmajer et partie civile. « J'ai travaillé gratuitement pendant quatre ans. J'ai vécu l'enfermement, l'embrigadement », raconte-t-il, ému. Les quatorze prévenus devront s'expliquer sur les rouages financiers et les méthodes de la nébuleuse.

H. M.